Réhabiliter les bâtiments de la Défense rétablit-il le lien avec la Nation et les citoyens?

Tous les articles (5)
  • Point commun et différences entres les projets de réhabilitation de casernes

    Catégories :  réhabilitation casernes
    Publié le mardi 26 avril 2016 11:10 - Mis à jour le mardi 26 avril 2016 11:10

    Point communs & différences des réhabilitations de casernes

     

    I) Les point communs

    Chateauroux, Dinan et Grenoble sont composées de minimum deux casernes. Elles étaient toutes (Chateauroux, Dinan, Grenoble et Auch) en activitée du XVII a la fin du XXè siècle.
    Dans le projet de leur réhabilitation,le développement durable est un challenge à relever par les architectes. Le but de la réhabilitation est à chaque fois de faire transformer les casernes en  habitations.
    Tous les projets sont confiés à des entreprises privés.

     

    II) Les différences

    Pendant leurs activités, les casernes avaient des buts différents. A Chateauroux, il n'y avait pas d'armée mais la  principale activité était le recrutement pour le service militaire.
    Calendrier et budget sont variables.
    Garder l'architecture de l'époque tout en faisant des habitations a plus ou moins d'importance en fonction des projets.

     

  • Caserne de Chateauroux

    Catégories :  réhabilitation casernes
    Publié le mardi 26 avril 2016 11:03 - Mis à jour le mardi 26 avril 2016 11:03

    CASERNE DE CHATEAUROUX

    Au XVIIIème siècle et jusqu'à la Révolution, il n'y avait pas de garnison permanente à Châteauroux.
    Les premières casernes de la ville étaient situées à l'emplacement de l'actuelle préfecture.
    Sous l'Empire, ce fut surtout le recrutement des conscrits qui était la principale activité militaire.

    La caserne étudiée est celle de Ruby.

    Elle fut installée dans un des pavillons de la manufacture de draps construit vers 1750 et prit le nom de caserne Ruby, également en 1886.
    Après le départ des militaires, à la fin des années 1950, les locaux sont affectés aux pompiers qui quittent leur caserne le la Place du Palan.

    Afficher l'image d'origine

  • Casernes de Grenoble.

    Catégories :  réhabilitation casernes
    Par Nolan SAOULI, publié le mardi 26 avril 2016 11:02 - Mis à jour le mardi 26 avril 2016 11:02

    Grenoble  est une ville frontière située au confluent de deux vallées alpines stratégiques (Isère vers Savoie ; Drac vers Piémont) Grenoble était devenu une place forte militaire. Elle est également la plus grande métropole alpine, devant Innsbruck et Bolzano, ce qui lui vaut le surnom de « capitale des Alpes ».

     

     

     

     

    Les premières casernes apparaissent à Grenoble sous l'administration de François de Bonne en 1593-1595. Elles vont se développer jusqu'au XIXème siècle.

    En 1720, les autorités de la ville décident la construction d'un corps de caserne subventionné par le roi. Celle-ci, située dans la moitié Sud de l'actuelle place Victor Hugo, prend le nom de la porte voisine : de Bonne. Après l'agrandissement de l'enceinte de Grenoble en 1848, la caserne de Bonne est modifiée. Une seconde caserne et des écuries sont construites

     

     

     

     

     

    Déclassée en tant que « place forte » en 1925, Grenoble voit son développement urbain conditionné en grande partie par la libération des emprises militaires.

    La réhabilitation de la caserne de Bonne est un projet emblématique du développement durable a la Française.

    Une réalisation comme La Caserne de Bonne ne se comprend que dans le contexte particulier grenoblois qui, depuis plusieurs décennies, allie dynamisme de la politique urbaine et participation citoyenne. Associant élus, habitants et partenaires de la construction et de l’aménagement, la région, l’agglomération et leurs instances de planification, avec en particulier l’agence d’urbanisme métropolitaine « La Métro », se sont investies dans une réflexion commune, collaborant étroitement au débat et cofinançant les opérations municipales.

     

    .

     

     

     

     

    Pour moi, ce projet semble intéressant quand vous êtes un habitant de Grenoble car vous êtes impliqué dedans.

    La ville semble vouloir également rendre encore plus esthétique la caserne de Bonne qui est aux yeux des habitants l’un des principaux bâtiments de la ville.yes

     

     

  • La caserne de Dinan

    Catégories :  réhabilitation casernes
    Publié le mardi 26 avril 2016 10:47 - Mis à jour le mardi 26 avril 2016 10:47

    Les deux casernes Beaumanoir (5,1 Ha) et Guesclin (9,2 Ha) se trouvent dans la commune de Dinan en Bretagne. Leurs activités ont cessé en 1998 , la municipalité a donc fait le choix d’aménager les casernes.
    L’objectif de cet aménagement est de conserver une petite partie du patrimoine militaire ancien, tout en créant un nouveau quartier d’habitation jonché d'une forte végétation et d’une place principale qui permet un usage social important.
    Le coté durable du projet est présent grâce a la procédure de récupération des pierres et du granites nécessaires a cette rénovation , mais aussi par la mise en œuvre de matériaux innovants et écologiques. Cet aménagement a été demandé par la commune de Dinan mais réalisé par une entreprise privée.Afficher l'image d'origine

    Ce projet est très complet car il allie les différents piliers du développement durable (social , environnemental , économique)

    Social : création d’une grande place conçue pour être un lieu de rencontre.

    Economique : création d’un quartier, d’habitations et de commerces.

    Environnemental : matériaux écologique (d’origine végétale) et présence abondante de verdure.

  • « le Carré des Dragons », réhabilitation de la caserne d'Espagne à Auch

    Catégories :  réhabilitation casernes
    Par Sofiène MSADAK, publié le mardi 26 avril 2016 10:44 - Mis à jour le mardi 26 avril 2016 10:44

      PROJET ARCHITECTURAL : « Carré des Dragons »

        Sylvie Caulet, directrice de la société holding marseillaise Caulet.13 était chargée de la réhabilitation de la caserne Espagne à Auch dans le sud de la France. Le projet a été appelé "carré des dragons" et recouvre une superficie de 10 000 m² c'est-à-dire sur un site de 5,5 ha.
              
               Le but de cette réhabilitation est de redonner à cette caserne datant du début du XIX siècle une nouvelle fonction : transformer cette ancienne caserne en site immobilier contemporain tout en gardant le charme de l’architecture du XIXe.

                source:SudOuest.

    Afficher l'image d'origine
                  L’image ci dessus illustre la caserne des « Dragons » sans rénovation
     source : lemoniteur.fr Afficher l'image d'origine

    La représentation ci dessus représente, quant à elle, un plan de masse du projet envisagé par les architectes.

    Ce projet a été lancé par l’Etat pour requalifier l’ancienne caserne obtenue pour un prix de 1,2 millions d’euros ; le début du chantier avait été prévue en 2015 et devrait se terminer vers les alentour de 2017.

              De notre point de vue, le concept est intéressant car cela va pouvoir transformer une ancienne caserne militaire jusqu'à la inutile en de gigantesque logement de haute qualité
     
    En conclusion, cela permet d’améliorer les relations entre les citoyens, la Nation et la Défense 


    Sofiene, Maryam.
     

Trier par
Catégories
Auteurs