L'architecture, art utopien par excellence (Lettres)

Tous les articles (7)
  • Utopie et architecture

    Par Sofiène MSADAK, publié le lundi 25 avril 2016 15:45 - Mis à jour le lundi 25 avril 2016 15:45

     

    L’utopie est indissociable de l’architecture ,celle-ci permet de rendre visible les valeurs morales et politiques de son créateur. Chaque bâtiment doit ressembler à sa fonction (ex: palais, temple ou simple maison de citoyens). En Utopie tout doit être mesuré, ordonné, utilisé, chaque fonction a une place et doit symboliser une forme particulière. La nature doit être utilisée en ville dans des jardins citadins. Les symboles maçonniques de l’œil dans un triangle symbolisent la sacralisation de la Sciences

     

     

     

     

     

    Les enceintes de la «Cité du Soleil» de Campanella sont censées instruire les enfants ,les prytanées de Legrand et Molinos montrent l'organisation sociale. La fonction pratique de l'architecture est doublée de la fonction symbolique de ses formes geométriques qui doivent déterminer une regulation des passions. La maison de Salomon, érige la Science et la Raison en maîtres absolus de la société.L’amphithéâtre pour trois cent mille spectateurs imaginé par Boullée montre qu’en Utopie tout le monde a le droit à l’instruction. Des maisons identiques pour tous les citoyens dans la plupart des utopies montrent le coté communautaire de cette culture.

  • La ville modèle de Ledoux

    Publié le lundi 25 avril 2016 15:45 - Mis à jour le lundi 25 avril 2016 15:45

    La ville modèle de Ledoux

     

       Claude-Nicolas Ledoux est un architecte urbaniste du XVIIIe siècle né à Dormans en 1736 et décédé à Paris en 1806 à l’âge de 70 ans.

     

    Parmi ces projets connus il y a la saline royale d’Arc-en-Senans édifiée sous le règne de louis XV.   Ledoux voulait concevoir une ville selon lui idéale, autour de l’usine d’Arc-et-Senans. Ce projet a un but économique qui est de rationaliser le travail ouvrier à l’usine pour augmenter la productivité. Il faut réduire les déplacements de l’ouvrier entre la ville et l’usine.

    Mais ce projet a également eu un rôle politique qui est de concentrer l’ouvrier à sa tâche. Claude-Nicolas Ledoux rêve de prolonger le demi-cercle de la saline d’Arc et Senans en construisant une cité idéale en pleine campagne. Pour la ville de Chaux, qui n’a jamais été construite, Ledoux imagine de nombreux bâtiments, permettant aux habitants de s’instruire, se rencontrer ou se divertir.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Amaurote de Thomas More

    Publié le lundi 25 avril 2016 15:44 - Mis à jour le lundi 25 avril 2016 15:44

    Thomas More, un  juriste, historien, philosophe… anglais écrit en 1516 « Enceinte de murailles, la cité du bonheur » une ville d’utopie il décrit cette capitale et ses alentours : Amaurote situé sur « L’île de nulle part ».

    Cette ville qui est décrite comme ayant la forme d’un carré, est située en pente douce sur le versant d’une colline. Sa largeur se prolonge à plus de 2000 pas du bord du fleuve Anydre.

    Lorsque la marée montante arrive par l’océan, Anydre remplit ses flots sur une longueur de trente miles, ce qui permet donc aux habitants les amaurotains de pouvoir boire une eau douce et potable et il y a une autre source d'eau, une petite rivière belle et tranquille.Les amaurotains ont des fortifications autour de cette rivière qui empêche les ennemis d'empoisonner l'eau et aux amaurotains de récupérer de l'eau pluviale.

    Une ceinture de murailles hautes protège la ville avec en plus de cela des forts et des tours.

    Avec cela derrière et entre les maisons se trouvent de vastes jardins.

  • VII. Le programme de Le Corbusier

    Publié le lundi 25 avril 2016 15:44 - Mis à jour le lundi 25 avril 2016 15:44

        Le Corbusier analyse les difficultés réelles de l’urbanisme des grandes métropoles et élabore un programme pour y remédier. Dans ce programme il définit les grandes règles qui favorisent la  cohabitation et le bon vivre des habitants.

           Tout d’abord, selon lui la population se divise en trois : les citadins à demeure, les travailleurs qui vivent moitié dans le centre, moitié dans les cités-jardins puis la masse ouvrière qui partage sa journée entre les usines de banlieues et les cités-jardins. Pour le Corbusier il sa git d’organiser l’urbanisme en fonction des occupations et des trajets de chacun.

          Donc son idée est que le centre ville doit être voué aux affaires et la périphérie à l’habitat. Le centre ville sera construit de gratte-ciel qui seront consacrés aux  bureaux. Sous chacun d’eux se trouvera une  station de métros .On favorisera de très larges artères (100 mètres). Ce centre ville sera vert, riche d’espaces naturels.

           Des passerelles surélevées de six ou à huit mètres permettront la circulation des autos rapides.

          Les quartiers urbains d’habitation pourraient procéder des mêmes transformations rationnelles : Grandes rues, immeubles espacés, parcs de sports et d’agrément attenant aux habitations. Les petites rues seront supprimées.

    Le Corbusier a donc pour but de concevoir une ville la plus épurée possible.

     

  • Les <<réductions>> jésuites au Paraguay

    Par Nolan SAOULI, publié le lundi 25 avril 2016 15:40 - Mis à jour le lundi 25 avril 2016 15:40

    Les <<réductions>> jésuites au Paraguay

     

    Pour Maxime Haubert dans son ouvrage « La vie quotidienne des Indiens et des jésuites du Paraguay au temps des missions » le village utopique est un village ou les bâtiments principaux sont à côté de l’Eglise comme le collège, armurerie et les ateliers communaux.

     

    Les grandes places sont de forme géométrique de taille précise. Le village est composé de plusieurs communautés tels que le domaine de dieu, l’église et le reste des communautés.

    Les maisons sont placées de façon à ce que l’on accède rapidement à l’église. Les rues aligné, sont très large (15m) qui facilite la surveillance des missionnaires 

     

Trier par
Catégories
Aucune catégorie définie
Auteurs